Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1963 > Etape par étape > Etape 16 : Grenoble - Val d’Isère

Etape 16 : Grenoble - Val d’Isère

207 km. 9 juillet 1963

- Le Tour passe quand même
La N526 entre Grenoble et Saint-Jean-de-Maurienne était encore fermée il y a quelques jours. Des milliers de m3 de neige, provenant des avalanches du printemps la barraient en 7 endroits. Le volume à déplacer était trop grand pour les chasse-neige classiques. Les Ponts et Chaussées ont alors décidé d’ouvrir le passage en creusant des tunnels (30 m de glace au dessus) dont le plus grand dans le défilé de Maupas mesurait 138 m de long avec une ouverture de 3,5 m x 4,5 m.

- Les espagnols raflent tout

JPEG - 15.8 ko
Belle victoire en solitaire pour l’homme de la Mancha

Fernando Manzanèque (Ferrys) a brillamment remporté cette étape en s’enfuyant alors qu’il restait 92 km de course et l’Iseran à franchir (4’55’’ d’avance sur Renzo Fontana de l’équipe I.B.A.C. au sommet).
Le vainqueur du Midi-Libre en profitait pour remonter à la 12ème place du général à 7’58’’ de son compatriote Bahamontès.
Oui, Federico Bahamontès (Margnat-Paloma) est le nouveau leader du Tour. Gilbert Desmet 1 qui possédait la Tunique depuis 10 jours, s’est effondré (43ème à 16’32’’).
« L’Aigle de Tolède » a donc repris le flambeau mais sans réaliser une excellente opération puisque cette étape de montagne (Croix-de-Fer, Iseran, Val d’Isère) n’a pas permis aux grands de se départager : 15 hommes aux alentours de 7’40’’ de Manzanèque à l’arrivée.

-  Poulidor déçoit
Au départ de ce Tour, Anquetil se méfiait énormément de Poulidor. Jusqu’à présent, l’auvergnat ne s’était pas particulièrement mis en valeur, se préservant pour les Alpes.
De fait, on l’a vu aujourd’hui entre Lanslebourg et l’Iseran attaquer à plusieurs reprises. A chaque fois, il creusait un écart de 50 m sur ses adversaires mais Anquetil revenait toujours.
Le soir, Antonin Magne, son directeur sportif chez Mercier, livrait le fond de sa pensée : «  J’aime beaucoup Raymond, il est plein de bonne volonté mais il a laissé passer trop d’occasions aujourd’hui : lui aussi est atteint de ce que nous pouvons appeler le complexe Jacques Anquetil. Il n’ose pas pousser à fond ses attaques, par crainte d’une contre-attaque immédiate dont il ferait les frais. Dès lors, ses chances de gagner le Tour deviennent minimes. »

- Des abandons de marque
Jean Stablinski a chuté sur la route qui conduisait à la Croix de Fer. Le champion du monde en titre se retire ainsi d’une course qui ne l’a pas particulièrement motivé...
André Darrigade l’a suivi dans l’ambulance, victime d’ennuis gastriques (« J’ai dû tomber sur des fruits sulfatés ») ainsi que ... Charly Gaul ! « L’Ange de la Montagne » a bel et bien participé à ce Tour de France, son dernier, sous les couleurs de l’équipe Peugeot sans jamais se montrer à son avantage.

Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Fernando Manzanèque (Esp) en 6h20’48’’
2 Renzo Fontona (Ita) à 5’3’’
3 Guy Epaud (Fra) à 5’38’’
4 Rik Van Looy (Bel) à 7’38’’
5 José Pérez-Frances (Esp) m.t.
6 Graziano Battistini (Ita) à 7’40’’
7 Jacques Anquetil (Fra)
8 Armand Desmet (Bel)
9 Hans Junkermann (R.F.A.)
10 Kurt Gimmi (Sui) t.m.t.


Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Federico Bahamontès (Esp) en 86h41’8’’
2 Jacques Anquetil (Fra) à 3’’
3 Henry Anglade (Fra) à 2’43’’
4 Raymond Poulidor (Fra) à 2’52’’
5 Angelino Soler (Esp) à 5’17’’
6 José Pérez-Frances (Esp) à 5’28’’
7 Gilbert Desmet 1 (Bel) à 6’22’’
8 Jean-Claude Lebaube (Fra) à 6’34’’
9 Eddy Pauwels (Bel) à 7’
10 Armand Desmet (Bel) à 7’23’’
<< étape précédente | étape suivante >>