Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1992 > Presentation > Les forces en présence

Les forces en présence

- Un parcours critiqué
1992, c’est l’année du traité de Maastricht.
Le Tour de France sera donc européen : l’Espagne, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, l’Allemagne et l’Italie seront visités durant ces 3 semaines de course. Un record.
Ce n’est pas cela qui révolte les gardiens du Temple.
Non, ce qu’ils ont du mal à avaler, c’est l’absence des Pyrénées ! Le seul col de ce massif à gravir sera le col de Marie-Blanque, et ce, dès la 2ème étape qui conduira les coureurs à Pau, puis, direction Bordeaux !

- Miguel Indurain grand favori
Le départ de ce Tour se fera presque chez lui.
Le navarrais Indurain a donné rendez-vous à l’ensemble du peloton à San-Sebastian, au Pays Basque espagnol.
A 28 ans, il est le vainqueur sortant. Il vient également de remporter magistralement le Tour d’Italie en conservant le maillot rose 20 jours.
Autant dire qu’il est le grandissime favori.
La conférence de presse dans laquelle José Miguel Echavarri, le directeur sportif de l’équipe Banesto, a tenté de mettre Indurain et Pedro Delgado (vainqueur en 1988) sur le même plan, n’a convaincu personne.

- Bugno, adversaire n°1 ?
Gianni Bugno a tout misé sur le Tour cette année. Le dauphin d’Indurain l’année dernière a fait l’impasse sur le Giro !
Champion du monde en titre, il pourra compter sur l’expérience de Laurent Fignon au sein de l’équipe Gatorade.

- Les outsiders
Greg Lemond (Gan) est toujours cité, comme à chaque mois de juillet.
Claudio Chiappucci (Carrera) devra composer avec 2 contre-la-montre de 65 et 64 km !

- Les français se portent bien
1992 a, jusqu’à présent, été une belle cuvée pour le cyclisme français : Durand au Tour des Flandres, Duclos-Lassalle à Paris-Roubaix, Mottet au Dauphiné ont déjà marqué les esprits.
N’oublions pas Bernard à Paris-Nice mais il devra avant tout aider son leader Indurain pendant ce Tour.
Enfin, Luc Leblanc peut tirer son épingle du jeu mais il devra d’abord réparer les dégâts au sein de sa propre équipe Castorama, après qu’il ait couru derrière son équipier Gérard Rué pour remporter le championnat de France.