Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1947 > Etape par étape > Etape 19 : Vannes - Saint-Brieuc (c.l.m.)

Etape 19 : Vannes - Saint-Brieuc (c.l.m.)

139 km. 18 juillet 1947

-  Parcours : Il s’agit du plus long contre-la-montre de l’histoire du Tour : 139 km avec l’ascension du Mur de Bretagne au 65ème km.

- Vietto s’effondre
Derniers efforts pour René Vietto ! Il ne possède que 1’34’’ d’avance sur Pierre Brambilla au moment de s’élancer des Sables d’Olonne.
Il sait que ce ne sera pas facile et a demandé à son ami journaliste Jean Leulliot de lui fournir le plus de temps intermédiaires possible.
Au Mur de Bretagne, les nouvelles ne sont déjà pas bonnes : 1’50’’ perdue sur son plus redoutable adversaire ; 4’15’’ sur Robic.
C’est alors qu’il aperçoit Leulliot, victime d’une chute, étalé par terre, la tête en sang.
Le moral du « roi René » en prend un coup. Il s’effondre, termine 15ème de l’épreuve à 14’40’’ du vainqueur.
Le voici désormais 4ème du général à plus de 5’ du nouveau maillot jaune. Le moral en berne, il annonce au micro de Georges Briquet son retour à la maison. Le reporter le supplie de n’en rien faire. L’ancien groom des grands hôtels cannois lui réplique alors : " Qui vous parle d’abandonner ? Un Vietto n’abandonne pas...Il se retire. " Ce qu’il se gardera bien d’effectuer.
Pour être tout à fait honnête, il semble bien que, depuis les Alpes, Vietto « courait au millimètre », protégé par quelques équipiers dévoués. Ce chrono aurait, dans ce cas, simplement fait ressortir la fatigue générale de l’athlète.

- Brambilla, nouveau maillot jaune
En terminant 5ème de ce contre-la-montre, l’italien Brambilla s’empare de la Tunique.
Attention cependant ! Brambilla sera naturalisé français en 1949. Il n’est pas le véritable leader de la « squadra azzurra ».
Le patron de l’équipe, c’est Aldo Ronconi. Or, celui-ci pointe à la 2ème place du général à 53 petites secondes.
Toutes les supputations sont envisageables à 48 heures de l’arrivée à Paris !

JPEG - 8.3 ko
Brambilla prend le maillot au terme de cette étape

-  Robic n’a pas dit son dernier mot
Jean Robic évolue sur ses terres. Il est 5ème du général à 8’8’’ de Vietto lorsqu’il prend le départ, le bidon rempli de 2/3 d’orge grillé et d’1/3 de calvados à 60°.
Il effectue un contre-la-montre de toute beauté, se classant 2ème.
Surtout, il s’installe à la 3ème place du général à 2’58’’ de Brambilla.
Sait-on jamais...

- Impanis, 1er vainqueur belge de ce Tour
Enfin, les belges ont inscrit l’un des leurs au palmarès des vainqueurs d’étape du Tour 47. Il était temps.
C’est le meilleur d’entre eux, Raymond Impanis (7ème du général) qui a eu l’honneur de remporter cette prestigieuse étape, à la moyenne de 36,324 km/h, reléguant Robic à 4’54’’.
A 22 ans, pour sa 1ère année professionnelle, Impanis démontre qu’il a l’étoffe d’un futur vainqueur du Tour.

JPEG - 6 ko
Impanis, 1er vainqueur belge de l’après-guerre


Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Raymond Impanis (Bel) en 3h49’36’’
2 Jean Robic (Fra) à 4’54’’
3 Aldo Ronconi (Ita) à 6’32’’
4 Giordano Cottur (Ita) à 7’11’’
5 Pierre Brambilla (Ita) à 8’
6 Fermo Camellini (Ita) à 8’19’’
7 Primo Volpi (Ita) à 8’40’’
8 Edouard Fachleitner (Fra) à 9’44’’
9 Lucien Teisseire (Fra) à 10’26’’
10 Kléber Piot (Fra) à 10’57’’


Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Pierre Brambilla (Ita) en 134h5’39’’
2 Aldo Ronconi (Ita) à 53’’
3 Jean Robic (Fra) à 2’58’’
4 René Vietto (Fra) à 5’6’’
5 Edouard Fachleitner (Fra) à 6’56’’
6 Fermo Camellini (Ita) à 14’1’’
7 Raymond Impanis (Bel) à 25’4’’
8 Jean-Marie Goasmat (Fra) à 1h5’56’’
9 Giordano Cottur (Ita) à 1h11’18’’
10 Jules-Apôtre Lazaridès (Fra) à 1h23’59’’
<< étape précédente | étape suivante >>