Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1975 > Etape par étape > Etape 17 : Valloire - Avoriaz

Etape 17 : Valloire - Avoriaz

225 km. 15 juillet 1975

- Merckx se fracture la mâchoire
Alors que départ réel n’est pas encore donné, Merckx tombe avec Ritter et se blesse sérieusement sur le côté gauche du visage. A de nombreuses reprises, le champion belge consulte en course les médecins qui lui conseillent d’abandonner, craignant, à juste titre, une fracture d’un maxillaire. Rien à faire ! Merckx continue, et pas pour jouer les figurants !

- Le talon d’Achille de Thévenet (acte 1)
Dans la Madeleine, première difficulté de la journée, Galdos (Kas) s’échappe dès le 4ème km d’ascension. Au col, l’espagnol précède le peloton de 6’45’’ mais Merckx a décidé, malgré son handicap, de pousser Thévenet dans ses derniers retranchements, et ce sur le point faible du français : la descente. Le champion du monde se porte donc à l’attaque sur le versant déclinant, sème immédiatement le maillot jaune et rejoint son équipier Janssens, lancé quelque temps auparavant en éclaireur. Derrière, Thévenet reçoit le soutien de Bourreau ainsi que celui de Zoetemelk et de Moser. L’affrontement s’étale sur une trentaine de kilomètres, jusqu’à ce que les fuyards abdiquent. Cette passe d’armes ne profite évidemment pas à Galdos qui est rejoint dans le col des Aravis que Van Impe franchit en tête (km 139).

- Le talon d’Achille de Thévenet (acte 2)
Cette étape se révèle éminemment tactique : le scénario précédemment créé se reproduit exactement dans la seconde partie de la journée. Tout d’abord, un sociétaire de chez Kas, Lopez-Carril cette fois, s’échappe dans le col de la Colombière. Il s’agit pour lui de remporter l’étape afin de redorer un blason ibérique quelque peu terni cette année. Un équipier de Merckx, De Schoenmaecker en l’occurrence, l’accompagne. Il pourra bientôt servir de point d’appui à son leader...
Au col (km 163), les 2 hommes possèdent 2’35’’ d’avance. Merckx n’a pas bronché. C’est dans la descente qu’il lui faut se remettre à l’ouvrage. Thévenet est à nouveau distancé (1’38’’ à Scionzier) mais il reçoit l’aide salvatrice d’Ovion qui rétablit l’équilibre au 185ème km.
Merckx, admirable, a tout tenté. Les Peugeot (Bourreau, Delisle, Ovion) ont parfaitement tenu le choc malgré l’abandon de leur capitaine de route, Danguillaume.

- Lopez-Carril et Van Impe à l’honneur
Vicente Lopez-Carril n’a pas eu de difficulté à se débarrasser de De Schoenmaecker. Ce dernier a attendu son leader au moment d’effectuer la descente. L’espagnol a également profité du ralentissement consécutif au regroupement des favoris pour augmenter son avance : 6’14’’ au pied de la montée finale d’Avoriaz. Van Impe s’est alors lancé à sa poursuite. Impossible, bien sûr, de le rejoindre mais les 2 hommes n’ont pas perdu leur temps. Lopez-Carril a remporté l’étape et dépassé Moser (11ème à 5’33’’) à la 6ème place du général. Van Impe est monté sur la 3ème marche du podium au détriment de Zoetemelk.

Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Vicente Lopez-Carril (Esp) en 7h23’38"
2 Lucien Van Impe (Bel) à 2’11"
3 Eddy Merckx (Bel) à 3’44"
4 Joop Zoetemelk (PB) à 3’45"
5 Bernard Thévenet (Fra) à 3’46"
6 Josef Fuchs (Sui) à 3’56"
7 Michel Pollentier (Bel) à 4’8"
8 Raymond Delisle (Fra) à 4’17"
9 Edward Janssens (Bel) à 5’33"
10 Felice Gimondi (Ita) m.t.


Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Bernard Thévenet (Fra) en 88h34’16"
2 Eddy Merckx (Bel) à 3’18"
3 Lucien Van Impe (Bel) à 6’1"
4 Joop Zoetemelk (PB) à 6’29"
5 Felice Gimondi (Ita) à 12’28"
6 Vicente Lopez-Carril (Esp) à 15’45"
7 Francesco Moser (Ita) à 20’55"
8 Josef Fuchs (Sui) à 21’46"
9 Edward Janssens (Bel) à 30’1"
10 Pedro Torres (Esp) à 32’1"
<< étape précédente | étape suivante >>