Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1925 > Etape par étape > Etape 4 : Brest - Vannes

Etape 4 : Brest - Vannes

208 km. 26 juin 1925

- Adieu Henri
A 36 ans, malade, blessé, Henri Pélissier abandonne (pour la 8ème fois en 10 participations) après une quarantaine de kilomètres, à Châteauneuf-du-Faou.
Dans son journal «  L’Auto », Henri Desgrange ne sera pas tendre envers celui avec lequel il s’est heurté à de nombreuses reprises : « Je ne puis croire qu’Henri n’est pas un peu victime de la sensibilité de son système nerveux. Le métier de coureur est au fond très difficile et il demande à être exercé au milieu du calme le plus complet. Les maisons de cycles ont raison de payer abondamment les coureurs. Elles leur assurent ainsi la tranquillité d’esprit nécessaire. Encore faut-il qu’ils n’aillent pas chercher ailleurs, et inutilement, les sujets de nervosité. Quel mal ne s’est pas donné Henri l’année dernière pour nous prouver que les coureurs du Tour de France faisaient un métier de forçat et ne marchaient qu’à coups de drogue et comme un troupeau d’esclaves. Il trouva, si ma mémoire est bonne, moyen d’apitoyer le journal « L’Humanité », auquel il avait négligé d’apprendre qu’il s’était enrichi en courant. »
Le coureur Français le plus brillant de sa génération (Tour de Lombardie 1911, 13, 20 ; Milan-San-Rémo 1912 ; Championnat de France 1919 ; Paris-Roubaix 1919, 21 ; Bordeaux-Paris 1919 ; Paris-Tours 1922 ; Tour de France 1923 + 10 étapes) connaîtra une fin tragique : Le 1 mai 1935, à Fourcherolles (Yvelines), une dispute éclate entre lui et sa jeune compagne «  Miette ». Cette dernière prend un révolver (celui avec lequel son épouse «  Nini » s’était suicidée 2 ans plus tôt) et le tue. «  Miette » sera condamnée à un an de prison avec sursis, l’acquittement refusé de justesse (d’après « La Légende des Pélissier » de R. Bastide).

- Pas de changement au général
Depuis 1919, à partir de Brest, le Tour de France rejoignait directement Les Sables-d’Olonne après 412 « ennuyeux » kilomètres. Desgrange décide cette année de s’arrêter à Vannes et de couper l’étape en 2.
Tant mieux pour les coureurs qui ne s’élancent qu’à 7 heures du matin. Bottecchia, légèrement souffrant, a quelque peine à se mettre en route mais rien de saillant n’est à noter, hormis la crevaison du maillot jaune Adelin Benoit à la sortie de Châteaulin. S’ensuit une belle course-poursuite, la seule de la journée, jusqu’aux alentours de Quimper où un peloton compact passe à 10h28.
Plus rien n’est à signaler jusqu’à l’arrivée où Nicolas Frantz (Alcyon) règle au sprint 16 concurrents. Il s’agit de la 3ème victoire d’étape du Luxembourgeois qui s’était imposé à 2 reprises l’année dernière.

Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Nicolas Frantz (Lux) en 8h22’30’’
2 Ottavio Bottecchia (Ita)
3 Félix Sellier (Bel)
4 Théo Wynsdau (Bel)
5 Jean Alavoine (Fra)
5 Batolomeo Aimo (Ita)
5 Adelin Benoit (Bel)
5 Alfonso Piccin (Ita)
5 Romain Bellenger (Fra)
5 August Verdyck (Bel) t.m.t.


Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Adelin Benoit (Bel)
2 Ottavio Bottecchia (Ita) à 8’’
3 August Verdyck (Bel) à 59’’
<< étape précédente | étape suivante >>