Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1920 > Etape par étape > Etape 1 : Paris - Le Havre

Etape 1 : Paris - Le Havre

388 km. 27 juin 1920

- Un passage à niveau en guise de couperet
Les 113 coureurs s’élancent de la Place de la Concorde à 2 heures du matin. Les voici qui défilent pendant plus de 5 minutes à 8 heures 5 à Amiens. Il faut attendre qu’un passage à niveau s’abaisse au moment où le peloton passe du côté d’Abbeville pour qu’une dizaine de coureurs prennent la poudre d’escampette. Nous les retrouvons à Dieppe à 12 heures 6 avec 6’ d’avance sur leurs poursuivants. Leurs noms ? Dhers, Thys, F. Pélissier, Mottiat, Chassot, H Heusghem, Masson, Van Hecke, Goethals et Rossius.

- 4 Belges aux 5 premières places
A partir de Dieppe, le terrain devient plus accidenté. Il n’est donc pas surprenant de retrouver à Fécamp, à 15 heures 5, les hommes les plus aguerris : les Belges Thys, Mottiat, H Heusghem, Masson et Rossius, accompagnés des Français F. Pélissier et Goethals. Leurs premiers poursuivants pointent à 15’.
A l’arrivée au Havre, F. Pélissier (6ème) et H. Heusghem (11ème) manquent à l’appel, perturbés, n’en doutons pas, par des crevaisons. Quant au vainqueur de l’étape, il s’agit de Louis Mottiat, déjà 1er de l’étape Bayonne-Luchon en 1912. A 31 ans, le Wallon n’a, jusqu’ici, jamais terminé la Grande Boucle mais il s’agit d’un coureur extrêmement résistant, vainqueur de Bordeaux-Paris en 1913 et futur vainqueur de Bordeaux-Paris-Bordeaux au mois d’août 1920 ainsi que de Paris-Brest-Paris en 1921 (1200 km chacun !).

JPEG - 203.9 ko
Le "Bouffioulx", du nom de sa commune, restera comme le plus grand coureur wallon de la première partie du XXème siècle.

- De multiples crevaisons
Dans son journal "L’Auto", l’organisateur de l’épreuve, Henri Desgrange, n’hésite pas à reconnaître que l’étape ne s’est pas uniquement jouée à la pédale : "Vous ne voudriez pas, j"en suis certain, que je vous énumère une à une les causes qui firent que des hommes comme H. Pélissier, comme Christophe, comme Barthélémy (8, 9 et 12èmes à 16’56’’), comme Alavoine (...) qui est encore plus loin qu’eux" ont perdu beaucoup de temps. "Ces causes s’appellent toutes, au moins dans la proportion de 99 %, des crevaisons de pneumatiques. Mais j’ai cessé depuis longtemps de m’apitoyer sur ce malheur qui semble n’intéresser personne."

- Courte apparition des Italiens
Respectivement 1er et 2ème du Tour d’Italie qui s’est achevé le 6 juin, Gaetano Belloni et Angelo Gremo ont mis pied à terre entre Abbeville et Dieppe. Difficile déjà d’enchaîner Giro puis Tour de France...

-  Classement de l’étape et classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Louis Mottiat (Bel) en 14h50’46’’
2 Jean Rossius (Bel)
3 Philippe Thys (Bel)
4 Félix Goethals (Fra)
5 Emile Masson (Bel) t.m.t.
6 Francis Pélissier (Fra) à 2’46’’
7 Eugène Dhers (Fra) à 15’33’’
8 Henri Pélissier (Fra) à 16’56’’
9 Eugène Christophe (Fra)
10 Léon Scieur (Bel) t.m.t.
étape suivante >>