Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1920 > Etape par étape > Etape 9 : Aix - Nice

Etape 9 : Aix - Nice

356 km. 13 juillet 1920

- Thys et Lambot au dessus du lot
Rien ne se passe pendant les 261 premiers kilomètres de course qui amènent le peloton jusque Nice où 11 coureurs sont contrôlés ensemble au café Riviera Glacier, Place Masséna, à 13h49. Il s’agit du leader du général, Thys, accompagné de Mottiat, Scieur, Rossius, Ferrara, Pelletier, Barthélémy, Dhers, Goethals, H. Heusghem et Cecherelli.
Commence alors la traditionnelle boucle de Sospel avec le col de Braus qui permet à Thys et à Lambot de se détacher. Les 2 Belges passent à Sospel avec 3’ d’avance sur Scieur, 5’30’’ sur Vandaele, 9’ sur H. Heusghem (2ème du général). Les écarts se creusent encore dans le col du Castillon.

- Lambot cède sur sur crevaison
3ème du général à plus d’1h20’ de Thys, Firmin Lambot est le seul coureur capable de rivaliser avec "le Basset". Mais 2 crevaisons dans la Turbie réduisent ses espoirs à néant. Le vainqueur sortant de la Grande Boucle se contentera de la 4ème place de l’étape à plus d’un quart d’heure de Thys. Une sanction divine pour H. Desgrange : "J’en arrive à me demander pourquoi ce même Lambot, qui prenait 3’ à Thys dans le Tourmalet, n’arrive pas à le décramponner dans des cols suffisamment durs pour séparer nos hommes, même très près les uns des autres. Et il faut bien que je sois tenté de conclure que la race des Lambot n’est pas de la race qui triomphe des Thys. Lambot est aujourd’hui aussi frais qu’au départ. Il n’a cessé de plaisanter toute l’étape. Arrive le moment de faire un effort, il esquisse seulement cet effort là, puis il plante tout là, et le dieu du sport qui est souvent juste, lui envoie pour le récompenser deux crevaisons." ("L’Auto").
Quant à Philippe Thys, tout va pour le mieux en ce qui le concerne : il remporte ici sa 4ème étape sur le Tour et renforce de plus d’une demi-heure son avance au général sur H. Heusghem (5ème de l’étape). Seule ombre au tableau : il va devoir enfiler, pour la première fois cette année, un maillot jaune qui le rend bien visible aux yeux de ses adversaires. La tunique officielle n’a, en effet, toujours pas été livrée et les organisateurs ont bricolé une étoffe que l’Anderlechtois portera désormais avec appréhension.

- Mottiat dopé
10ème du général ce matin, Louis Mottiat fait encore partie du groupe de tête lors du premier passage à Nice. C’est ensuite que ça se corse pour le coureur wallon : "Il était à peu près comme toutes les Polognes en arrivant à Sospel, pour avoir vidé je ne sais combien de topettes de fine accompagnées de quelques pilules au goût suspect. Mottiat a décidément pris la fâcheuse habitude de courir à la drogue. (...) Barthélémy l’a rencontré sur la route, zigzagant de terrible façon : "il allait vite, m’a affirmé Honoré, et aurait peut-être pu gagner l’étape. Malheureusement, il était mûr dans le sens opposé des lacets du col de Braus et à chaque virage, il se trompait de parcours"" ("L’Auto"). Le Belge abandonnera quelques instants plus tard.

- Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Philippe Thys (Bel) en 16h15’44’’
2 Joseph Vandaele (Bel) à 5’16’’
3 Léon Scieur (Bel) à 11’26’’
4 Firmin Lambot (Bel) à 17’04’’
5 Hector Heusghem (Bel) à 31’41’’
6 Jean Rossius (Bel) à 32’39’’
7 Honoré Barthélémy (Fra) à 36’46’’
8 Emile Masson (Bel) à 37’50’’
9 Henri Ferrara (Fra) à 52’13’’
10 Joseph Pelletier (Fra) m.t.

- Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Philippe Thys (Bel) en 139h36’53’’
2 Hector Heusghem (Bel) à 49’55’’
3 Firmin Lambot (Bel) à 1h37’04’’
4 Léon Scieur (Bel) à 1h38’05’’
5 Emile Masson (Bel) à 2h06’58’’
6 Jean Rossius (Bel) à 2h15’40’’
7 Louis Heusghem (Bel) à 3h30’26’’
8 Honoré Barthélémy (Fra) à 3h58’38’’
9 Félix Goethals (Fra) à 4h06’22’’
10 Joseph Vandaele (Bel) à 5h58’13’’
<< étape précédente | étape suivante >>