Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1976 > Etape par étape > Etape 12 : Port-Barcarès - Pyrénées 2000

Etape 12 : Port-Barcarès - Pyrénées 2000

205,5 km. 8 juillet 1976

- La tactique de De Muer
Le maillot jaune Van Impe dispose-t-il d’une équipe « Gitane » suffisamment solide pour contrôler la course ? Zoetemelk (2ème du général à 7’’) est-il prêt à collaborer en cas de coup dur ?
A ces 2 questions, Maurice De Muer, le directeur sportif des Peugeot, aurait tendance à répondre par la négative. Or, il dispose avec Thévenet (4ème) et Delisle (8ème à 4’17’’) de 2 cartes maîtresses dans son jeu. Dès lors, la tactique est claire : durcir au maximum la course de façon à tester la résistance des Gitane puis, si possible, envoyer un de ces hommes en éclaireur.

- Les bordures
Un fort vent défavorable accompagne la caravane durant la première partie de journée. Tant mieux ! Après Baixas (km 30), Sibille (Peugeot) accélère l’allure. Danguillaume, Ovion, Béon montent à ses côtés. 28 coureurs se retrouvent à l’avant. Les autres, surtout les espagnols, sont piégés. Une trentaine de kilomètres de course-poursuite est nécessaire avant d’assister au regroupement général. Les recommandations de De Muer ont été respectées.

- L’offensive
La descente du col d’Aussières permet à Legeay de prendre de l’avance : 2’35’’ au ravitaillement d’Axat (km 116). Perret, Menendez et surtout, Delisle, se lancent alors à ses basques. Le champion de France 1969 (33 ans) effectue un joli numéro dans le col de Jau. Au sommet (km 138), c’est lui que l’on retrouve en tête avec 1’40’’ sur Perret et Menendez, 2’5’’ sur Legeay et 5’40’’ sur le peloton. Dans la descente (le point faible du normand), Delisle se fait rejoindre par Legeay et Menendez. Pas si grave que cela, après tout, puisque Legeay (Lejeune B.P.) lui offre du soutien dans la partie plane, avant d’aborder la dernière difficulté du jour, la montée de 20 km pour atteindre la station de Pyrénées 2000. Le peloton est, à ce moment, relégué à 6’50’’.

- Delisle réalise une belle opération
Dès les premières rampes, Delisle fonce seul vers la victoire tandis que, chez les favoris, personne ne prend en charge la poursuite. A 10 km de l’arrivée, l’écart est passé à 7’35’’ pour tomber finalement à 6’58’’ sur la ligne !
Au classement général, Raymond Delisle revêt le maillot jaune avec 2’41’’ d’avance sur Van Impe qui avoue avoir obéi aux ordres de son directeur sportif : « J’ai suivi les instructions de Guimard. Il n’a rien à me reprocher. Ce n’est pas la perte du maillot qui me chagrine, ce sont ces 7’ dont je pouvais peut-être faire l’économie, pour la moitié du moins. Delisle n’est pas un client facile ». De son côté, Guimard assume : « Je sais que Van Impe n’a pas apprécié mes consignes de prudence. Je suis pourtant persuadé de lui avoir évité le désastre, car imaginez qu’il tente de se dégager dans la montée : contre le vent, il n’avait aucune chance de lâcher les autres et je suis même certain que ce sont ses rivaux directs qui lui auraient réglé son compte ».

JPEG - 15.3 ko
Bel exploit de Delisle qui s’offre le maillot de leader

- 3ème chute de Thévenet
A 300 m de la ligne, un coureur heurte le public. Thévenet se retrouve par terre avec Maertens et Bellini. Résultat : 24’’ perdues. Rageant mais le sourire reste néanmoins de mise au sein de la formation Peugeot, auteur d’un coup de maître.

Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Raymond Delisle (Fra) en 6h47’32"
2 Antonio Menendez (Esp) à 4’59"
3 Wladimiro Panizza (Ita) à 5’14"
4 Bert Pronk (PB) à 5’24"
5 Michel Pollentier (Bel) à 5’26"
6 Luciano Conati (Ita) à 6’47"
7 Joop Zoetemelk (PB) à 6’57"
8 José-Luis Viejo (Esp) m.t.
9 Gianbattista Baronchelli (Ita) à 6’58’’
10 Raymond Poulidor (Fra) m.t.


Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Raymond Delisle (Fra) en 67h27’23"
2 Lucien Van Impe (Bel) à 2’41"
3 Joop Zoetemelk (PB) à 2’47"
4 Raymond Poulidor (Fra) à 4’10"
5 Francisco Galdos (Esp) à 4’45"
6 Bernard Thévenet (Fra) à 4’53"
7 Fausto Bertoglio (Ita) à 5’58"
8 Michel Pollentier (Bel) à 6’11"
9 Hennie Kuiper (PB) à 7’17"
10 José Martins (Por) à 7’45"
<< étape précédente | étape suivante >>