Accueil > Le Tour des étapes > Edition 1974 > Etape par étape > Etape 16 : Seo de Urgel - Saint-Lary-Soulan

Etape 16 : Seo de Urgel - Saint-Lary-Soulan

209 km. 15 juillet 1974

- Guimard et les Molténi
5 ascensions au programme aujourd’hui. Il s’agit de l’étape reine de ce Tour de France.
Mais pour commencer, Merckx s’octroie 6’’ de bonification au point chaud d’Adrall (km 4,5). C’est ensuite l’escalade du Puerto de Canto sur une route en terre battue. Guimard se détache au 20ème km. Les Molténi le rattrape après 5 km de poursuite. Spruyt se permet alors de le mettre en garde contre toute tentative de récidive. Au sommet (km 32), Péruréna sprinte victorieusement.
Rebelote dans le Puerto de la Bonaigua : Guimard tente à nouveau de s’échapper. Cette fois, Spruyt le nargue, lui fait une queue de poisson. Le nantais se fâche et agrippe son agresseur par le maillot. Ce dernier répond par un coup de poing. Ecoeuré, Guimard met pied à terre et parle d’abandon. Il faut toute la diplomatie de Jacques Goddet, le directeur de la course, pour qu’il reprenne son vélo.
Toujours est-il que la formation Molténi ne semble pas sûre de son fait. Merckx serait-il vulnérable ? Nous le saurons plus tard.
Pour le moment, au sommet de la Bonaigua, tout comme à celui du Portillon (km 155), Péruréna continue ses emplettes tandis que Merckx remporte le point chaud de Luchon.

- Merckx et ses limites
La course s’accélère au col de Peyresourde. Lopez-Carril, premier sous la banderole (km 180), a fait éclater le peloton. 14 coureurs se retrouvent ensemble au contrôle de ravitaillement de Bordères-Louron (km 192). C’est là que Van Neste s’enfuit, suivi de Lasa puis de Bellini. Au moment d’aborder la dernière difficulté du jour, le Pla d’Adet (11 km à 7,6 %), Van Neste possède 2’6’’ d’avance sur le premier peloton.
Le début de la montée s’effectue au train puis, à 8 km du but, Raymond Poulidor place une attaque qui laisse Merckx pantois. Le maillot jaune, laborieux, arc-bouté sur le guidon, conserve « Poupou » en point de mire pendant 3 km mais il est à la rupture. Le belge s’arrête pour prendre une nouvelle bicyclette « comme cela lui arrive plusieurs fois par jour. Le pincement d’un nerf, consécutif à une chute déjà ancienne sur la piste de Blois, lui cause une douleur et un engourdissement à une jambe. Seul un changement de position écarte provisoirement la douleur » (P. Chany).
Lopez-Carril (2ème du général désormais), Pollentier et Santy en profitent pour prendre la poudre d’escampette. 5ème de l’étape à 1’49’’ de Poulidor, Merckx, scandaleusement sifflé par une partie de la foule, a montré ses limites en haute montagne.

- Poulidor et ses artères
Quant à Poulidor, ni Bellini, ni Lasa, ni Van Neste ne peuvent le suivre. Porté par un public proche de l’hystérie, le doyen du peloton remporte, à 38 ans passés, son 7ème et dernier succès sur la Grande Boucle. Il avouera plus tard : « J’ai savouré là les heures les plus exaltantes des victoires qu’il m’ait été donné de remporter. J’ai même songé, quand le vent la faisait claquer, à voler la banderole d’arrivée. »

JPEG - 18.5 ko
Poulidor, toujours bon pied, bon oeil


Classement de l’étape

Place Coureur Temps / Ecart
1 Raymond Poulidor (Fra) en 7h53’29"
2 Vicente Lopez-Carril (Esp) à 41"
3 Michel Pollentier (Bel) à 1’2"
4 Alain Santy (Fra) à 1’17"
5 Eddy Merckx (Bel) à 1’49"
6 Wladimiro Panizza (Ita) à 2’5"
7 Roger Pingeon (Fra) à 2’34"
8 André Romero (Fra) à 3’31"
9 Michel Perin (Fra) à 3’45"
10 Willy Van Neste (Bel) à 3’48"


Classement général

Place Coureur Temps / Ecart
1 Eddy Merckx (Bel) en 92h40’18"
2 Vicente Lopez-Carril (Esp) à 2’24"
3 Gonzalo Aja (Esp) à 4’20"
4 Wladimiro Panizza (Ita) à 5’58"
5 Raymond Poulidor (Fra) à 6’
6 Joaquim Agostinho (Por) à 10’54"
7 Michel Pollentier (Bel) à 13’53"
8 Mariano Martinez (Fra) à 14’16"
9 Alain Santy (Fra) à 15’7"
10 Herman Van Springel (Bel) à 18’8"
<< étape précédente | étape suivante >>